Souvenirs d’un fantôme: Chroniques d’un cimetière par Étienne-Léon  de Lamothe-Langon

Souvenirs d’un fantôme: Chroniques d’un cimetière par Étienne-Léon de Lamothe-Langon

Titre de livre: Souvenirs d’un fantôme: Chroniques d’un cimetière

Auteur: Étienne-Léon de Lamothe-Langon

Broché: 238 pages

Date de sortie: March 10, 2017

Éditeur: PRB

Obtenez le livre Souvenirs d’un fantôme: Chroniques d’un cimetière par Étienne-Léon de Lamothe-Langon au format PDF ou EPUB. Vous pouvez lire des livres en ligne ou les enregistrer sur vos appareils. Tous les livres sont disponibles au téléchargement sans avoir à dépenser de l'argent.

Étienne-Léon de Lamothe-Langon avec Souvenirs d’un fantôme: Chroniques d’un cimetière

Souvenirs d’un fantôme, contes fantastiques écrits par le romancier français Étienne-Léon de Lamothe-Langon (1786 – 1864).

Ce livre numérique présente l'édition intégrale (Tomes 1 et 2) et comporte une table des matières dynamique. Il est parfaitement mis en page pour une lecture sur liseuse électronique.

Extrait :

La Main vivante.

Alzone, petite ville de France, est un chef-lieu de canton du département de l’Aude, situé sur la grande route de Toulouse à Montpellier ; c’est un lieu de passage, mais où les voyageurs s’arrêtent rarement. Au commencement du dernier siècle, un bon bourgeois y vivait fort à son aise, et, pour, cela seul, on lui supposait, une immense fortune : il s’appelait M. Revel. Sa famille se composait uniquement d’une nièce, jeune et jolie personne que les hobereaux de la contrée recherchaient, et que l’on accusait d’être fière, parce qu’elle ne s’empressait pas de faire un choix. Pendant une nuit d’hiver, M. Revel, qui avait l’habitude de se coucher de bonne heure, fut réveillé, vers les onze heures du soir, par un saisissement de cœur et une inquiétude vague dont il ressentait l’effet sans pouvoir en deviner la cause. Poussé cependant par une impulsion inconnue, et qui le dominait, il battit le briquet, se leva, s’habilla sans trop savoir pourquoi, et, se moquant de la faiblesse qui le rendait ainsi l’esclave d’une agitation sans objet...