Meurtre au comptant par Anton Denys

Meurtre au comptant par Anton Denys

Titre de livre: Meurtre au comptant

Auteur: Anton Denys

Broché: 265 pages

Date de sortie: March 3, 2015

Éditeur: Editions du Loup Blanc

Meurtre au comptant par Anton Denys est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

Anton Denys avec Meurtre au comptant

Extrait un
Il frissonna en sortant de l'eau sous l'effet de la brise de terre et alla chercher un drap de bain sec dans un grand panier en osier, se sécha et s'en enveloppa, avant de s'asseoir sur un fauteuil en teck. "Je reste cinq minutes puis je vais me coucher" se dit-il.
Il se dit bientôt qu'il pouvait aussi bien rester là cinq minutes avec son verre à la main pour se réchauffer et, s'appuyant lourdement aux accoudoirs, se pencha pour se relever. Il eut alors, en un éclair, le double sentiment d'une présence et d'un danger, et un mouvement de panique le paralysa. Il tenta de se redresser mais ressentit une violente douleur au bas du crâne, puis un voile blanc s'étendit devant ses yeux et il sombra dans l'inconscience.

Extrait deux
Mon père, le baron de La Tour-Latour, dit toujours que la nuit, c'est fait pour dormir. Même si je pense que la nuit, on peut faire des tas de choses intéressantes, je suis assez d'accord là-dessus.
C'est pourquoi recevoir un message à trois heures du matin me mit de fort mauvaise humeur. Du fond de mon sommeil, j'entendis malgré tout la sonnerie réservée aux messages, à savoir la Saint-Hubert à la trompe de chasse, qui réveillerait un bataillon de morts.
Je me redressai en sursaut dans mon grand lit, et d'autant plus grand que ma dernière "fiancée" m'avait quitté avec fracas, suite à un absurde quiproquo impliquant sa meilleure amie, qui n'aurait pas dû être où elle était, et faisant ce qu'elle faisait, selon elle.
Je restai là assis quelques secondes, ahuri, me posant une fois de plus la question de savoir pourquoi je gardais cette saleté de sonnerie, au lieu de la remplacer par la Chevauchée des Walkyries ou l'explosion d'une bombe de cinq cents kilos.
Je récupérai enfin mes esprits et, le mal étant fait, je m'allongeai pour saisir le téléphone, posé sur la table de nuit.
"Viens tout de suite. J'ai la trouille. Serge".